Nada Oudghiri : «J’aimerais construire des équipements qui connectent les gens»

Posted on

Nada a beaucoup voyagé avant de rentrer au Maroc et déjà acquis une riche expérience auprès d’Omar Alaoui sur de grands projets comme le théâtre de Rabat de Zaha Hadid ou la Tour Casa Finance City de Thom Mayn, deux architectes mondialement connus. Devenue maman, elle a crée son agence, Noa Studio, afin de concilier vie professionnelle et vie de famille. Coup de projecteur sur une jeune architecte prometteuse.

 

 

 

Comment êtes-vous venue à l’architecture ?
Depuis mon enfance je suis passionnée par l’architecture. Nous avons déménagé pas mal de fois et à chaque fois c’était une rencontre avec un nouveau lieu. Je dois aussi cet intérêt à mon père qui aurait voulu être architecte et qui l’est un peu à travers moi.

Après vos études d’architecte à Paris, vous avez fait une année de spécialisation à l’université polytechnique de Californie. Pourquoi ce choix ?
J’ai toujours rêvé de la Californie et j’avais envie d’un cursus à l’américaine. Mes études en France étaient très théoriques alors qu’aux Etats-Unis on nous propose la méthode « Learn by doing ». J’ai travaillé en équipe avec des architectes, des urbanistes, des paysagistes et des économistes sur des projets concrets pour de vrais clients. J’ai aussi suivi des cours optionnels sur les nouvelles technologies et la maîtrise de la méthode BIM (Building Information Model). C’est grâce à ça qu’Omar Alaoui m’a recrutée.

C’est dans son agence que vous avez commencé à votre retour au Maroc ?
Oui. J’ai travaillé sur le théâtre de Rabat. Cela a été une super expérience car c’était un projet très complexe dont on assurait l’exécution. On a travaillé avec les équipes de Zaha Hadid. Un vrai défi pour moi. Ca m’a poussée à me surpasser. Cela a été une période très intense. Je travaillais le soir tard et les week-end, mais c’était passionnant. Sans cette expérience, je ne me serais jamais lancée aussi tôt.

Justement pourquoi vous l’avez fait si jeune et après seulement 2 ans chez Omar Alaoui ?
Parce que je suis devenue maman. J’avais envie de m’occuper de mon bébé. Et puis, pendant mon congé maternité, j’ai été sollicitée pour des projets.

Pourquoi votre agence s’appelle NOA Studio ?
Pour Nada Oudghiri Architecture, tout simplement.

Sur quels types de projets travaillez-vous ?
Des villas, des grands projets industriels (usine d’emballage, entrepôt de pièces automobiles, immeubles de bureaux), des rénovations de maisons…J’adore la rénovation pour le « avant/après ». Et puis, on travaille sur des intérieurs qui ont une âme. En ce moment je fais l’aménagement intérieur d’un appartement à Paris.

Vous faites aussi la décoration ?
Oui, quand on me le demande, même si je pense que c’est un métier à part entière.

Quelle est votre vision de l’architecture ?
L’architecture, on la fait d’abord pour les gens. Pour moi, elle doit avant tout être fonctionnelle. Un projet, c’est d’abord un lieu et une histoire. Je pars toujours du site, de l’orientation, des courbes et de ce qu’il y a autour. Puis je répond au cahier des charges. La personnalité du client est aussi importante, tout comme l’identité d’une entreprise. J’essaye de faire en sorte que la personnalité du commanditaire se reflète sur le projet.

Comment définissez-vous votre style ?
Quand on me donne le choix, il est épuré, minimaliste pour que l’on voit l’architecture. J’aime l’architecture californienne inspirée du mouvement moderne des années 1920.

Qui sont vos maîtres en architecture ?
Renzo Piano pour sa casquette d’ingénieur et sa maîtrise des projets. Ils sont tous singuliers mais on sait que ce sont les siens. J’aime le fait qu’il met la structure en avant. Louis Kahn pour sa façon de jouer avec la lumière, les perspectives, le fait qu’il laisse transparaitre le lieu à travers son architecture.

Quels sont vos matériaux préférés ?
Tout ce qui est modelable, le béton, le granito… J’aime les matériaux durables et qui ne nécessitent pas beaucoup d’entretien, les matériaux intemporels et locaux comme le marbre ou la pierre. Je reste assez « brute » dans mes finitions.

Vous êtes donc sensible à l’écologie ?
En Californie, tous les projets doivent être certifiés durables. Ici, je fais des études thermiques pour que les villas soient bien isolées, ce qui permet de se passer de chauffage. Je préconise aussi les eaux pluviales pour arroser les jardins. Au Maroc, maintenant on peut même avoir des maisons auto-suffisantes. Pour l’usine de pièces automobiles, on va transformer des containers en bureaux ou en showroom. J’aimerais bien faire une formation de paysagiste. Je voudrais intégrer le paysage dans mes projets pour que le paysage et l’architecture se répondent.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?
La Californie bien sûr, mes voyages, tout est source d’inspiration.

Si vous n’aviez pas de contraintes, qu’aimeriez-vous construire ?
Le Learning Center que j’ai conçu pour mon diplôme, un lieu où se rencontrent enseignants, étudiants et entreprises. J’aimerais construire au Maroc des équipements qui connectent les gens, qui ont une utilité et qui puissent rayonner à l’international.
Noa Studio. www.noastudio.ma

  • Partager

0Commentaires

laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.