8 mars, Coup de projecteur sur 3 créatrices

Posted on

Nous n’attendons pas le 8 mars pour mettre en lumière, dans nos colonnes, le travail de femmes artistes, architectes, décoratrices, designers. Mais à l’occasion de la Journée Internationale des Femmes, nous avions envie de vous présenter trois talentueuses créatrices, qui, chacune dans son domaine, ont su se réaliser.

Photos : Alessio MEI

Kenza Laraki, l’autodidacte
Après des études scientifiques à Boston, Kenza est rentrée au Maroc. Elle a vite intégré l’entreprise familiale, «une école de la vie» comme elle l’a qualifiée où elle a acquis expérience et maturité. Touche à tout, Kenza se lance en mars 2017 dans une «one-woman company» en créant Puffee, une marque de poufs parce que «c’est un objet fonctionnel, léger et indémodable qui mérite d’être revisité». Elle a tout fait elle-même, de la création du logo à la conception des modèles qu’elle fait fabriquer par des couturières expérimentées à partir de micro-billes et étoffes importées d’Italie et d’Espagne et résistantes au soleil, aux taches et à l’usure. Kenza sort deux collections par an et ne compte pas s’arrêter là puisqu’après une formation en design en Italie, elle souhaite se lancer dans la création de mobilier outdoor inspiré du farniente. Talent à suivre !

Flo Arnold, l’artiste citoyenne du monde
On l’a connue quand elle peignait des corps de femmes, on la retrouve avec des installations urbaines en papier hydrofugé blanc aux volumes organiques qui flottent comme des nuages offrant une lecture poétique de l’environnement. Baptisées «No-Boundaries», ces oeuvres en apparence si fragiles ne sont attachées à aucun territoire, tout comme Flo qui a grandi en Afrique et qui vit aujourd’hui entre la France et le Maroc, se qualifiant de «citoyenne du monde». «Ces formes n’ont aucune limite, elles se répandent comme un tracé de poudre, laissant apparaître un nuage sans explosion, comme dans un rêve» explique-t-elle. Ses installations sont souvent accompagnées d’une bande sonore et de lumière, renforçant l’idée d’éphémère et de spiritualité. Comme elle, ses oeuvres voyagent, de la Biennale de Marrakech à l’Institut Bernard Magrez à Bordeaux, en passant par l’église des Célestins à Avignon ou le Mac Paris.

Soukeina Hachem, la pluridisciplinaire
Soukeina a choisi de lier toutes les disciplines qui la passionne et de créer son propre univers où arts visuels, design d’objet, stylisme et aménagement d’espace se côtoient, s’inspirent, se mélangent. Après une formation en design d’objets et d’intérieur complétée par divers ateliers, elle fonde Shape, une agence de conseil stratégique en global design. En 2014, elle initie HOUNA, une plateforme collaborative qui vise à renforcer l’économie créative et à brouiller les frontières entre le créateur et le public. Ligne, première collection de meubles et d’accessoires éditée dans le cadre de l’exposition Inspirations Africaines à la Galerie H (jusqu’au 28 juillet à Casablanca), est une première exploration de la ligne et de sa traduction en dessin, objet, matière et texture, née d’une belle et riche collaboration avec des artisans. On y retrouve les identités africaine et marocaine qui s’expriment dans le jeu de matières et dans leur superposition, leur forme mais aussi les techniques de travail : tissage, dinanderie, sculpture du bois.

  • Partager

0Commentaires

laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.