Voyage en Asie

Posted on

Après l’ouverture du restaurant Umayya l’an dernier, les propriétaires du Cabestan récidivent avec le Lily’s, situé à la place d’une institution d’El Hank, La Mer. Ils nous embarquent cette
fois en Asie en appliquant les recettes qui ont jusque là fait leur succès : une décoration conceptualisée, une vue imprenable sur la mer et une carte imaginée par de grands chefs.

 

C’est aux architectes casablancais Sophia Sebti et Yachar Bouhaya qu’a été confiée la décoration intérieure du Lily’s. «Nous avons eu carte blanche pour répondre au programme très spécifique et étudié de notre client Nicolas Perez qui a une expérience notable dans la restauration» explique Sophia Sebti.

 

Une ambiance zen

La reconversion du restaurant La Mer en restaurant asiatique a été réalisée comme une scénographie avec différentes atmosphères. «Lily’s se déploie sur trois plateaux comme une rizière descendant vers la mer dont chaque élévation et toiture se connecte à l’eau, au végétal et au ciel dans un espace boisé, chaleureux et minéral» ajoute Sophia. Le végétal, le feu et l’eau sont les trois éléments phares de cet écrin. Un chemin sinueux bordé de dragonniers (ces arbres mythiques qui étaient déjà là du temps de La Mer) et de bassins en pierres de Bali, mène à l’accueil, écrin en bois où l’architecture se mêle au paysage. «Le restaurant se compose de trois grandes salles intérieures : la salle des ombrelles, la salle des jardinières et la salle des papillons. La salle des ombrelles apparait derrière une cheminée revêtue de chêne et d’une pierre de Taza. Devant le bar à cru revêtu d’une mosaïque de bois, la salle des jardinières s’ouvre sur la mer mais également sur le ciel. Trois skydomes se situent au dessus de fragments de jardinières plantées de bambous et éclairées par une lumière zénithale.

La salle des papillons, au niveau le plus proche de celui de la mer, partage ce plateau avec une terrasse extérieure qui s’ouvre également sur le ciel grâce à une verrière transparente et motorisée» explique Yachar Bouhaya. La bambouseraie et le jardin d’hiver asiatique ont été dessinés par le paysagiste Daniel Berger, tandis que la nuée de papillons qui s’épanouit sur les murs et le plafond de la salle donnant sur la mer, est l’oeuvre de l’artiste Florence Arnold qui s’est inspirée de la tradition de l’estampe asiatique. Quant aux meubles, ils ont été en grande partie dessinés par notre duo d’architectes et fabriqués par un artisan casablancais. Le salon de jardin de la terrasse est signé Unopiu.

 

Un concentré d’Asie dans l’assiette

Pour construire la carte composée de spécialités thaï, coréennes, vietnamiennes, chinoises et japonaises, les propriétaires ont sollicité des chefs étoilés au Guide Michelin, des chefs asiatiques dont le chef Ian Kittichai dont la réputation dépasse les frontières de la Thaïlande (son restaurant newyorkais a été élu meilleur nouveau restaurant asiatique en 2005 par le magazine Food & Wine).

Résultat ? La tempura de légumes de saison et champignon sauvages côtoie le foie gras de canard drapé de choux chinois, suc de tomate épicé à la mangue. Les amateurs de vapeurs, de poissons crus (tartares, ceviches, nigiri, sashimi…) et de teppanyaki , tout comme les fans de plats traditionnels thaï (salade de boeuf, pad-thaï, curry, tigre qui pleure, beignets de crevettes tigrées) seront comblés. Mention spéciale pour le soufflé yuzu rafraîchi d’un coco à partager. A tomber !

92 Bd de la Corniche, Casablanca. Tél. : 05 22 36 12 71

  • Partager

0Commentaires

laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.