Coupe du monde de Football : nos adresses à Moscou et Saint-Petersbourg

Posted on

Le Maroc affrontera l’Iran à Saint-Petersbourg le 15 juin et le Portugal à Moscou le 20 juin. Voici nos meilleures adresses et les choses à faire entre deux matchs, à moins de deux mois du coup d’envoi de la Coupe du Monde de football.

 

 

MOSCOU, la mégacapitale
Avec ses 12 millions d’habitants, Moscou est une mégapole, vitrine de la puissance russe. A l’approche de la coupe du Monde de la FIFA, la ville s’invente un nouvel art de vivre. On flânera évidemment sur la place rouge, on admirera le Kremlin, les coupoles dorées des églises, mais on s’intéressera aussi au nouveau visage de la capitale russe qui se veut culturelle et avant-gardiste.

L’hôtel : Le Metropol pour une vie de tsar
En plein coeur de Moscou, face au Bolchoï, Le Metropol est une véritable institution moscovite qui a vu défiler des personnalités qui ont marqué l’histoire : tsars, écrivains, stars, hommes politiques…, Le Metropol, inauguré en 1905 et classé monument historique, émerveille par son architecture Art nouveau voulue par le riche industriel Savva Mamontov et signé William Walcot (1874-1943). Né d’un père anglais et d’une mère russe il a fait appel à des artistes comme Nikolai Andreev pour les façades sculptées sur le thème des saisons, ou Golovin et Mikhail Vrubel, respectivement peintre et céramiste, pour le vaste plafond en majolique de La Princesse des Songes. Lustres en cristal de bohème, stucs, fresques, sculptures, tableaux, verrières ont été préservés. Pour plus de confort, 28 chambres et suites ont été rénovées en 2017 par l’architecte Svetlana Pisarskaya, mais l’hôtel n’a rien perdu de son cachet.Son restaurant le « Metropol Hall » est l’un des plus prisés de la ville. Si vous n’y séjournez pas, allez y prendre le thé, une véritable cérémonie.

A faire :


1- Un tour dans le métro dont certaines stations sont dignes des plus beaux palais avec leurs dorures et leurs stucs
2- Une visite du Garage, musée d’art moderne de la ville conçu par Rem Koolhaas dans l’ancien terminal des bus pour Dasha Zukhova, riche héritière d’un millionnaire russe mariée à l’oligarque Abramovich, véritable ambassadrice de l’art contemporain russe.
3- Une visite du Bolchoï, splendeur du style néo-classique, qui accueille depuis 1825 opéras, ballets et autres pièces de théâtre. Vous pourrez même y voir la Traviata du 20 au 23 juin.
4- Du shopping au Goum, le légendaire magasin de la Place rouge construit entre 1890 et 1893 en marbre, gré et granit et jadis «magasin universel d’Etat».
5- Une balade au marché aux puces Izmailovsky pour ses jolies poupées russes.
6- Une halte au Café Pouchkine, pour déguster pirojki, caviar Beluga et blinis, pâtisseries et kvass (boisson nationale à base de seigle) dans un hôtel particulier cossu. Une adresse très prisée par les people dont Ludmilla Poutine.
7- La dégustation des bonbons et tablettes de chocolat Alionka enveloppés dans des vignettes colorées ultra vintage.

SAINT-PETERSOURG, la capitale impériale
Saint-Pétersbourg fut créée de toutes pièces au début du XVIIIe siècle par Pierre le Grand, désireux de se rapprocher de la culture occidentale. Construite sur un marais, la ville compte pas moins de 342 ponts et abrite des trésors artistiques et culturels inestimables de style baroque, classique, néo-russe et Art nouveau qui racontent tous l’histoire de la ville. Selon Vladimir Fédorovski, Saint-Pétersbourg reflète «la lumière autant que l’ombre de l’empire des tsars, la beauté que la grisaille. L’invisible se cristallise dans le visible et se dédouble constamment, passant sans cesse de la réalité au mirage, de l’éclat à l’obscurité». Tout un programme…

L’hôtel : Belmont Grand Hotel Europe
Situé sur l’une des plus belles avenues de Saint-Pétersbourg, le Grand Hotel est un lieu qui a joué un rôle central dans l’histoire de la ville depuis son ouverture en 1873 : Tchaïkovski s’y est marié, Tourgueniev, Debussy, Prokofiev, Stravinski, mais aussi Elton John, Jimmy Carter, Jacques Chirac et bien d’autres personnalités y ont séjourné. Transformé en hôpital pendant le siège de Leningrad, rénové au tournant des années 1990, le Grand Hotel a retrouvé sa splendeur d’antan et ne cesse de se réinventer. Les 265 chambres et suites sont élégantes et ultra luxueuses avec leurs meubles d’époque, leurs salles de bain en marbre et leurs oeuvres d’art russes. Certaines disposent de vastes terrasses surplombant la Place des Arts. Les suites historiques, récemment rénovées par l’architecte d’intérieur Michel Jouannet, surprennent par leurs volumes spectaculaires et leur mobilier d’époque.
Dans l’immense salle Art nouveau du restaurant L’Europe qui fut pendant des décennies le lieu de rendez-vous de la bourgeoisie locale, on déguste une cuisine raffinée au son de Tchaïkovski le vendredi et on brunch au champagne le dimanche. Un bar à caviars et a vodkas est accessible aux hôtes et propose le plat signature «Egg in Egg», trois caviars sur des oeufs truffés. Le luxe d’un cinq étoiles dans la plus pure tradition russe.

A faire :


• Une promenade sur la perspective Nevski, avenue de 4,5 kilomètres, coeur battant de la ville.
• Du shopping au «Au Pont rouge». Inauguré en 1907, ce magasin Art Nouveau dans lequel la famille Romanov avait ses habitudes avait été transformé en usine textile par les bolchéviques. Depuis 2015, on déambule dans les rayons à la découverte des marques locales comme Gosha Rubchinskiy, l’enfant terrible de la mode ou les produits de beauté et parfums Cosmotheca.
• Une balade en bateau sur la Neva qui vous permettra de voir les principaux sites de la ville sans vous lever de votre siège et le soir venu d’assister à l’ouverture des ponts (entre 1h et 2h du matin) pour que les navires et cargos puissent circuler sur la rivière.
• Participer aux Nuits blanches : de début juin à mi-juillet, la nuit ne tombe jamais totalement sur la ville et cette période donne lieu à de nombreuses festivités.
• La découverte des collections du Musée de l’Hermitage, un des plus anciens et plus grands musées du monde aussi intéressant pour ses bâtiments que pour les trois millions d’oeuvres qu’il abrite
• Une visite du musée Fabergé ouvert en 2016 par l’oligarque Viktor Vekselberg, qui a réuni la collection d’oeufs Fabergé dispersée à l’étranger après la révolution de 1917. Vous y admirerez notamment l’oeuf offert par le dernier tsar Nicolas II à sa mère Maria Fiodorovna et la beauté du Palais Chouvalov entièrement rénové.
• Un déjeuner au Café Mayak, un lieu sans prétention dont la décoration et le menu n’ont pas changé depuis les années 80. L’occasion de manger un authentique bortsch ou des zakouski (hors-d’oeuvres accompagnés de cornichons macérés dans du vinaigre à l’aneth) et des rollmops arrosés de vodka, bien sûr.
• Une virée à l’épicerie fine Elisseïev qui à l’époque soviétique avait été rebaptisée «Gastronome N°1». Inauguré en 1903, le bâtiment a été conçu par Baranowski, l’un des plus grands architectes de la fin du XIX – début du XXe siècle dans un style Art nouveau. On y trouve des friandises russes, mais aussi du monde entier.

  • Partager

0Commentaires

laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.