Une maison dans Paris

Posted on

Cette maison en bois du 20e arrondissement de Paris a été rénovée par Sophia Logez.
Le cahier des charges ? Créer un environnement extrêmement raffiné, mais masculin pour un père et son fils.
Résultat, une maison entièrement repensée autour du jardin (denrée rare en plein Paris) et une décoration épurée qui met en valeur des pièces de collections achetées à Drouot ou chez des antiquaires.

Photos : Sophia Logez

Sophia Logez qui se définit comme «designer d’intérieur et personal shopper» est aussi photographe, directrice artistique et fondatrice de la Galerie L. Dans cette maison de 200 m2 répartis sur deux étages et demi, elle est intervenue sur l’espace et la circulation. «L’idée, au rez-de-chaussée, était d’inclure le jardin dans la maison. Pour y parvenir, nous avons abattu des cloisons, créé des baies vitrées et déplacé la cuisine». Le jardin est ainsi accessible de partout, donnant l’impression que l’espace à vivre est beaucoup plus grand. Les grandes ouvertures permettent de profiter de la lumière et de la végétation. Sophia a aussi créé une seconde salle de bain dans la chambre principale, un palier et un dressing, et elle a sécurisé les mezzanines… Côté déco, elle a appliqué sa recette : chiner aux puces, à Drouot, en France et dans le monde, associer des pièces de musée ou de créateur à des objets de série de caractère, avec une vision décorative cohérente, dans tous les styles et pour tous les budgets. «Ici, j’ai voulu apporter un raffinement sensoriel avec des matériaux naturels, des sensations tactiles et sonores, des pièces de mobilier uniques et rares de designers iconiques, complétées par des pièces de design contemporain de série» explique Sophia. Les lignes droites des meubles en bois, en cuir et en verre sont adoucies par les velours et les couleurs douces. Une maison à la personnalité affirmée grâce à un travail de personnalisation poussé. «La décoration n’est pas un décor affirme Sophia. Elle doit avoir du sens pour celui qui va habiter les lieux symboliquement, esthétiquement, mais aussi évidemment de façon pratique».

Table et chaises Village de Jasper Morisson pour Kettal chez Moon Garden
Sol en teck

Paire de fauteuils italiens années 50 en bois et velours vert acidulé chinée aux puces de Saint-Ouen
Table d’Alberto Franchi, architecte italien des années 30, chinée au Marché Serpette de Saint-Ouen. Plaque de verre soutenue par un agencement
géométrique d’essences de bois chevillées et rivetées de laiton.
Cet objet unique s’inspire des mécanismes de bascule des tables à dessin d’architectes.
Elle synthétise en miniature la structure de la maison avec sa transparence sur le jardin.
Les chaises modernistes Dufet 1928 aux lignes carrées, ont été réalisées en placage de trois bois précieux.
Un très beau travail d’ébénisterie comme on n’en fait plus aujourd’hui (achetées à Drouot).
Canapé et méridienne Discours Roche Bobois, coussins Pasadena Missoni, anciennes malles à chapeaux anglaises 1930 en cuir fauve qui servent de dessertes et aussi de rangement.
La table basse est un objet détourné, association de mini-tables dont les plateaux sont des carreaux de sol en verre italien 1950, tous différents. Le verre n’est pas seulement travaillé en couleurs, mais aussi en épaisseur et texture.
Affiches Bollywood originales achetées à l’Hôtel Drouot
Cheminée Focus
Sur la mezzanine, bureau en sycomore André Arbus 1940 créé pour la Cité Internationale Universitaire de Paris chiné au Marché Biron de Saint-Ouen.
Chaise AM-PM
Affiche «Boolywood» originales (Hôtel Drouot)
Lit en cuir John John de Jean-Marie Massaud pour
Poltrona Frau chez Interlux, parure de lit Hugo Boss, lampe de chevet en chrome, base à gradins, travail anglais des années 30 (Hôtel Drouot) sur table de nuit AM-PM
Lavabo Carat, carrelage Allmarble Staturio
Terrasse sur le toit avec sol en teck
Salon Park de Jasper Morrison pour Kettal.
Appliques Tekna collection Nautic
Moucharabieh création originale.

  • Partager

0Commentaires

laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.