Zéro Mica, tous concernés

Posted on

C’est sans aucun doute l’action «verte» qui a le plus frappé les esprits. Entrée en vigueur le 1er juillet dernier, elle a eu un impact direct dès le 1er jour sur nos habitudes de consommation ou plutôt de transporter notre consommation. Une loi qui nous rend tous un peu plus éco-responsables.

 

Précise, la loi n°77-15 l’est assurément : «Interdiction de fabrication, d’importation, d’exportation, de commercialisation et d’utilisation de sacs en matières plastiques». Elle vise à terme l’éradication du sac plastique dont l’usage massif puis le rejet ont un impact hautement néfaste tant au niveau de la flore et de la faune que de notre santé, le temps de dégradation d’un sac plastique étant de 450 ans. Ambitieuse et intransigeante, on espère que son application sera une réussite. Cela ne dépend que de nous.

Une loi bien entourée
Dès le 1er juillet, grâce, notamment, à l’implication forte de l’Association Marocaine de la Distribution Moderne, les sacs plastiques avaient disparu des grandes et petites surfaces, remplacés par des sacs en papier, des cabas réutilisables ou les bons vieux couffins d’autrefois. Un petit changement d’habitude qui, multiplié des millions de fois de Tanger à Laâyoune fait une grande différence. Rien à dire, cette affaire a été «rondement menée», appuyée par une campagne de sensibilisation pilotée par la Coalition Marocaine pour la Justice Climatique (CMJC), et portée par des capsules diffusées à la télévision ou des affichettes. Des actions de mobilisation au ramassage des plastiques ont également été lancées en parallèle.

De nouvelles habitudes de rangement
Si les résultats sont visibles dans nos poubelles,  ils le sont aussi dans nos cuisines. Fini les plastiques qui s’entassent dans un placard avant d’être jetés inutilement. Sortis des papiers, les légumineuses et les farines se rangent désormais dans de jolis bocaux en verre qui, bien alignés, font belle figure sur les étagères.
Quant aux viandes et poissons, ils sont rangés dans le frigo ou le surgélateur, dans des boîtes alimentaires que les plus organisées ont étiquetées en mentionnant le contenant et la date de leur entreposage.

 

 

Et pour aller plus loin
Sachez que dans certains pays, il est d’usage de se rendre au supermarché avec ses bocaux en verre ou ses boîtes alimentaires pour les remplir directement sur place et éviter ainsi tout gaspillage.
Une chose est sûre,  il y a de quoi être fier de la mise en place de cette nouvelle législation. Peu de pays peuvent en effet se targuer d’avoir mis une telle procédure en place en si peu de temps.

  • Partager

0Commentaires

laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.