Suspendue au-dessus du lac de Lugano

Posted on

Cette maison de 190 m2 située à Capolago, au bord du lac de Lugano (Suisse) a été entièrement rénovée et meublée par le studio milanais de l’architecte d’intérieur Claudia Pelizzari, dont les projets sont publiés dans les plus prestigieux magazines de décoration. Connue pour son style élégant et intemporel, elle a fait de cette maison un lieu où l’acteur principal est le lac, parfait lieu de villégiature.

 

Photos : Alessandra Longoni et Gianpetro Godio

 

Dans cette maison en forme de cube, on a la sensation de flotter au-dessus du lac de Lugano. De grandes baies vitrées font entrer la lumière naturelle qui se réfléchit sur le mobilier et les oeuvres d’art, permettant de découvrir de nouveaux détails à chaque moment de la journée. Les teintes douces des matériaux semblent caresser les volumes, les mettant en valeur sans agressivité. Tout concourt à créer une ambiance légère où la force émerge de la sélection des accessoires et des couleurs. Les objets d’influence orientale du designer Giada Barbieri mettent en valeur les lieux, apportant une touche contemporaine.
Dans le but d’élargir les perspectives et de rendre encore plus spacieuse la terrasse supérieure, Claudi Pelizzari et son équipe ont évité les contrastes trop marqués en termes de couleurs et de matériaux. Les teintes des murs et les lignes des meubles reflètent le désir d’éclaircir les pièces, générant une toile de fond neutre. Du mobilier moderne coexiste avec des chaises vintage qui appartenaient déjà au propriétaire. Mais il y aussi de nombreuses touches d’originalité comme la table sur mesure de la salle à manger conçu par le Studio C.P. avec son dessus en eucalyptus et son pied en forme de sculpture, le cuivre inséré dans la bibliothèque qui rappelle le rougeoiement du lac au coucher du soleil, le cabinet avec des portes effet métallisé, les objets ethniques signés Giadi Barbieri. L’architecte d’intérieur italienne a mis en oeuvre ici, comme dans tous ses projets, une philosophie qu’elle a empruntée au parfumeur Serge Lutens : «La beauté hait les règles. Les seules règles de l’art c’est de ne pas avoir de règles pour donner vie à la beauté».

 

Lampe au-dessus de la table Skygarden de Marcel Wanders pour Flos chez Prolight
Chaises Hamilton & Conte Paris

 

 

 

  • Partager

0Commentaires

laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.