fbpx

Situé à Rabat, ce penthouse cossu s’est paré de quelques couleurs suite à sa rénovation, orchestrée par l’architecte d’intérieur Hind Magoul. Passionnée par les intérieurs maximalistes de Garcia et de Pinto, elle a souhaité y challenger ses envies d’espaces épurés et offrir un rendu différent sortant des sempiternels gris et beiges. Parfaitement alignée avec le goût pour l’originalité de ses clients, Hind Magoul a définitivement osé la couleur et la fantaisie.

Texte : Mélanie WILMS
Stylisme : Elodie Catinaud
Photos : Alessio MEI

 

 

 

L’appartement est doté d’un bel espace de réception dont le volume a été travaillé tout en sobriété avec des matériaux intemporels comme le bois et le marbre. Il a été joliment pourvu de pièces de mobilier et de design d’éditeurs. Admirative du travail de la décoratrice et designer française Sarah Lavoine, Hind Magoul a choisi de décliner deux de ses couleurs de prédilection, le jaune tournesol et le bleu. En termes de décoration, les objets, qu’ils soient vases, cadres photos, bougies ou encore senteurs, ont tous été soigneusement choisis avec les propriétaires. Tous apportent une part de leur personnalité à l’espace, citons notamment, dans le salon principal, le vase de la Cristallerie Saint-Louis, original et élégant à la fois, ou le tableau bleu de l’artiste marocain Mohamed Mourabiti. L’univers olfactif revêt également une importance capitale. Tout comme les couleurs, il a la capacité d’apporter une certaine identité à un intérieur et de transformer un projet en un véritable chez soi. La décoration florale, de même que la sélection de livres dans l’espace de vie sont aussi très soignées car elles permettent aux propriétaires d’exprimer leur univers.
Côté espace nuit, la chambre principale demeure le coup de cœur et le plus grand défi de l’architecte d’intérieur. Ici, une seule base de couleur devait réussir à donner de l’éclat. Monochrome, la chambre devait également avoir la spécificité de disposer d’une salle bain ouverte tout en veillant à préserver une certaine intimité. Pour les chambres d’enfants, il convenait d’offrir des pièces à l’atmosphère agréable où les bambins auraient la possibilité d’évoluer de leur plus tendre enfance à l’adolescence. Enfin, la salle de bain a, elle aussi, suscité l’intérêt. Travaillée comme une pièce de vie à part entière, telle un écrin, elle a été habillée d’un mélange de pierre avec un calepinage de joints en laiton ainsi que d’un revêtement mural imprimé. La robinetterie, le miroir et la suspension sont les bijoux de ce bel écrin.